La chaire d’Optoélectronique et Photonique

Arrivée à terme en juillet 2015, la chaire d’Optoélectronique et Photonique a favorisé trois ans de recherche et d’enseignement dans les domaines de l’optique, de la photonique, de l’optoélectronique et de la plasmonique.

Signée en 2012, la chaire « PSA Peugeot Citroën – Optoélectronique et photonique   » s’est attachée à développer les connaissances dans les domaines de l’optoélectronique et de la photonique et à transmettre ces connaissances, que ce soit auprès des étudiants de l’Université, des personnels de PSA Peugeot Citroën, du monde industriel ou encore d’un public scientifique plus large.

Ce partenariat établi entre PSA Peugeot Citroën et l’Université Paris-Sud, notamment à travers l’Institut d’Electronique Fondamentale (unité mixte de recherche Université Paris-Sud/CNRS), a permis des conditions exceptionnelles de recherche et de formation pour développer et concevoir de nouvelles prestations sur les véhicules du futur, ainsi que pour échanger les connaissances entre les chercheurs et enseignants-chercheurs de l’Université, le personnel de PSA Peugeot Citroën et les étudiants de master et doctorat.

La chaire s’est étendue à l’international et, en partie grâce à PSA, a pu nouer des contacts en Chine. Ces relations se sont notamment matérialisées par l’organisation de workshops, la participation à des meetings franco-chinois, et finalement la mise en place d’un GDRI (Groupement de Recherche International) franco-chinois avec le CNRS, intitulé « Photonics and Optoelectronics » qui a vu le jour en 2015.

La chaire d’Optoélectronique et Photonique a été clôturée en juillet 2015.

 


En résumé

Titulaire : Béatrice Dagens, directrice de recherche à l’Institut d’Électrique Fondamentale (IEF)

Mécène :

 


Entretien avec Béatrice Dagens, titulaire de la Chaire.

photo-persoBéatrice Dagens travaille à l’Institut d’Électronique Fondamentale (IEF) (UMR Université Paris-Sud – CNRS) depuis fin 2007 en tant que directrice de recherche, dans les domaines de l’optoélectronique, de la photonique et des circuits photoniques intégrés. Elle a répondu à quelques questions à mi-parcours de la chaire.

 En quoi consiste la chaire d’optoélectronique et photonique ?

La thématique générale est l’optoélectronique et la photonique, mais la chaire est très orientée sur l’optique, les composants, les nanostructures, pour des applications liées aux interfaces homme-machine et à la sécurité automobile dans le but d’améliorer l’attractivité des véhicules du futur. Ensuite, il y a deux aspects dans une chaire : la recherche et l’enseignement.

Quels sont les axes de la chaire en termes de recherche ?

En ce qui concerne la recherche, nous nous sommes focalisés sur la plasmonique, c’est-à-dire le domaine qui étudie les interactions onde –plasmon à la surface d’un métal, et permet une concentration extrême de la lumière. C’est un domaine sur lequel nous avons des activités de recherche avancées et d’autres plus exploratoires. La chaire est pour nous une occasion de faire des stages et des postdoctorats sur des sujets en amont de nos recherches, pour en tirer des applications concrètes.

CirculateurIl y a une forte partie animation scientifique : nous avons par exemple organisé une journée de la chaire sur la thématique de la plasmonique. Une centaine de participants, d’équipes françaises de très bon niveau sur le domaine et d’invités de PSA, sont venus assister à douze présentations autour de la plasmonique sur des applications très différentes. Les présentations ont été très pédagogiques tout en gardant un niveau scientifique très élevé. Cette action a eu un côté très fédérateur et a donné une visibilité de la chaire dans la communauté.

La chaire va participer à l’acquisition d’un instrument d’optique et de nanophotonique, un instrument de mesure de champ proche qui permet de sonder près de la structure pour voir comment se propage la lumière et comprendre comment se comporte le composant. Cet instrument sera aussi accessible à d’autres équipes.

La chaire a aussi vocation à s’étendre à l’international. Nous avons notamment des contacts en Chine, en partie grâce à PSA, et nous avons le projet de participer au montage  d’un groupe de recherche international (GDRI).

Quelles sont les actions de la chaire en termes d’enseignement ?

OptoelectroniqueNous avons convenu de mettre en place des séminaires sur un sujet précis, sous forme de formations continues et de masters. Nous prévoyons, avec des intervenants, de proposer aux étudiants quelques TP et TD sur quelques jours. La première session, sur le thème de l’optoélectronique, est prévue en mars 2014. L’idée est d’avoir une formation continue, gratuite, notamment ouverte aux personnels de PSA.

On prévoit également d’inviter des experts de PSA pour faire des interventions dans les masters et les séminaires, pour traiter de sujets liés à l’automobile et qu’ils expliquent leurs besoins.
Enfin, on envisage de se lancer dans les MOOC (Massive open online course – Cours en ligne ouvert et massif), mais ce n’est encore qu’au stade de projet.

Avez qui êtes-vous en partenariat dans le cadre de cette chaire ?

Nous avons signé avec PSA en mai 2012. Ce qui est intéressant au niveau recherche, dans ce partenariat, c’est que PSA nous propose de nouveaux objectifs auxquels on n’avait pas encore réfléchi. Avant, on travaillait sur des applications télécom ; maintenant, on travaille plus sur du visible, sur des longueurs d’onde différentes. C’est enrichissant. Ils nous apportent également des relations avec des équipes en Chine, et sont partie prenante de ce partenariat. Pour PSA, c’est intéressant en termes d’image et de participation à l’animation scientifique, mais c’est surtout une possibilité de générer une rupture technologique dans leur domaine.

Où en est la chaire ?

La chaire a un an et demi. Pour le moment, les sujets étant ambitieux, nous avons fait beaucoup de mise en place et nous attendons des retombées en 2014. En termes d’animation scientifique, par contre, la chaire commence à être connue dans le domaine de la plasmonique.

Comment les résultats seront-ils diffusés ?

Nous avons prévu des publications et des conférences, surtout concernant la partie physique très en amont.